L’essentiel du PER pour les dentistes

Les experts My PENSION xPER décryptent les spécificités de la retraite CARCDSF des Chirurgiens-Dentistes, expliquent pourquoi les nouveaux PER individuels sont encore plus efficients que les anciens contrats Madelin et analysent les points d'attention pour étudier un transfert Madelin vers PER.

Estimez votre avantage fiscal avec notre simulateur PER adapté aux dentistes et préparez ainsi au mieux votre retraite.

Comprendre la réforme de la retraite pour aborder le nouveau PER Individuel et améliorer sa pension

Comprendre la retraite du chirurgien-dentiste : Bilan

Les chirurgiens-dentistes libéraux sont affiliés à un régime autonome complexe ayant la particularité de reposer sur trois étages : la Retraite de Base (gérée par la CNAVPL commune aux principales professions libérales), la retraite Complémentaire (gérée par la CARCDSF commune aux dentistes et sages femmes) et la Prestation Complémentaire de Vieillesse (aussi gérée par la CARCDSF mais en partie abondée par l'Assurance Maladie).

Le niveau de cotisations est en moyenne moins élevé que celui des salariés, mais conduit à une forte diminution du pouvoir d'achat à la retraite (plus de 50% dans la plupart des cas), qui rend d'autant plus nécessaire le recours à une épargne retraite supplémentaire sous forme de PER (autrefois de Madelin).

De nombreuses questions se posent quant à l'application de la Réforme des Retraites pour les chirurgiens-dentistes libéraux en particulier quant à l'augmentation ou non (en fonction du revenu) des cotisations et de l'utilisation des plus de 6 années de prestations accumulées en réserves.

Les rares dentistes salariés (moins de 10% des effectifs) sont affiliés au régime général des salariés, cotisent plus que leurs collègues et reçoivent une retraite plus élevée en pourcentage de leurs revenus d'activité.

Comprendre la retraite du chirurgien-dentiste : Calcul et retraite moyenne

La retraite du chirurgien-dentiste libéral se divise en trois parties (retraite de base, retraite complémentaire et prestation complémentaire de vieillesse.

La retraite du dentiste libéral est fonction :

  • de son âge à la retraite et de sa durée de cotisation qui permettent de déterminer s'il peut obtenir sa retraite à taux plein, ou si elle va subir une décote proportionnelle aux trimestres manquants
  • du nombre de points qu'il a accumulé dans chacun des trois dispositifs et qui sont en partie fixes et en partie proportionnels aux revenus

D'après les chiffres de la CARCDSF, la pension moyenne versée aux chirurgiens-dentistes libéraux était de 30 020 EUR. Sachant que le revenu moyen déclaré est de 95 000 EUR, la baisse de revenu à la retraite est supérieure à 50%, même dans le cas d'une retraite à taux plein.

Les chirurgiens-dentistes salariés dépendent des règles du régime commun des salariés. Ils peuvent prétendre à une retraite supérieure à 50% de leur dernier salaire pour une retraite à taux plein, mais il faut préciser que les cotisations de retraite partagées entre salariés et patrons dépassent 28% du salaire brut.

Comprendre la retraite du chirurgien-dentiste : Âge de départ à la retraite

Les règles d'âge et de cotisation sont similaires au régime général et pour les trois dispositifs des dentistes.

L'âge légal de départ à la retraite a été étendu à 62 ans lors de la précédente réforme des retraites. Seuls les dentistes nés avant 1955 peuvent encore partir avant 62 ans (entre 60 et 62 ans suivant leur année de naissance).

Pour obtenir une retraite à taux plein, il faut soit :

  • attendre l'âge légal du taux plein, soit 67 ans pour les dentistes nés après 1955
  • sinon, avoir validé un nombre minimal de trimestres, qui dépend de l'année de naissance (de 166 trimestres pour les natifs de 1955 jusqu'à 172 trimestres pour les générations à partir de 1973

L'âge moyen à la liquidation de la retraite des dentistes libéraux est de 64,4 ans selon la CARCDSF.

La retraite de base des chirurgiens-dentistes : la CNAVPL

La Retraite de Base des Libéraux (RBL) est gérée par la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse des Professions Libérales, qui verse les pensions de base de la plupart des professions libérales. Elle regroupe plus d'un million de cotisants pour 350 000 retraités. Dans la majorité des sections professionnelles, un actif sur cinq a plus de 60 ans.

Le régime d’assurance vieillesse de base des professionnels libéraux est commun à tous les affiliés de la CNAVPL. C’est aujourd’hui le seul régime de base en France qui fonctionne intégralement en points.

En contrepartie des cotisations qu’il verse chaque année, l’assuré acquiert des points qui se cumulent durant toute sa carrière et serviront au calcul de sa pension à la date de son départ à la retraite. Ainsi, ce régime garantit à tous les professionnels libéraux disposant d’un revenu identique le versement d’une même cotisation, permettant d’acquérir le même droit, quelle que soit leur caisse d’appartenance. Il répond ainsi aux impératifs de justice et d’équité.

A partir de la deuxième année, la cotisation est de 11,1% des revenus pour la tranche entre 0 et 41 136 EUR et 1,87% pour la tranche entre 41 136 EUR et 205 680 EUR.

Les cotisations versées attribuent des points de retraite et valident des trimestres. La retraite est calculée par le produit du nombre de points acquis par la valeur du point en vigueur (soit 0,5731 € pour 2021). Un éventuel taux de minoration ou de majoration peut être appliqué suivant la situation.

La retraite complémentaire des chirurgiens-dentistes : la CARCDSF

La retraite complémentaire (RC) est gérée par la Caisse de Retraite des Chirurgiens-Dentistes et des Sages Femmes (regroupement des deux caisses professionnelles en 2009).

La cotisation inclut :

  • un montant fixe de 2 690 EUR
  • un montant proportionnel de 10,65% des revenus entre 34 966 EUR et 205 680 EUR.

Les cotisations versées attribuent des points de retraite. La retraite est calculée par le produit du nombre de points acquis par la valeur du point en vigueur (soit 26,88 € pour 2021). Un éventuel taux de minoration ou de majoration peut être appliqué suivant la situation.

Le régime supplémentaire obligatoire du chirurgien-dentiste PCV

Les dentistes sont obligatoirement affiliés à un troisième régime de retraite obligatoire parfois qualifié de supplémentaire pour le distinguer de la Retraite Complémentaire.

Le régime des Prestations Complémentaires de Vieillesse (PCV) est aussi géré par la CARCDSF.

La cotisation inclut :

  • un montant fixe de 1 443 EUR
  • un montant proportionnel de 0,725% des revenus dans la limite de 205 680 EUR.

Les cotisations versées attribuent des points de retraite. La retraite est calculée par le produit du nombre de points acquis par la valeur du point en vigueur. La valeur du point varie selon la date d'acquisition et la date de liquidation (entre 23,25 EUR et 27,50 EUR). Un éventuel taux de minoration ou de majoration peut être appliqué suivant la situation.

La particularité de ce régime est que les Caisses Primaires d'Assurance Maladie participent à son financement en ajoutant à la cotisation à la charge du dentiste un versement de 2 887 EUR (deux fois celui du dentiste) et de 0,725% des revenus (équivalente à celle du dentiste). Ce régime est donc particulièrement avantageux.

La réforme des retraites : quelles sont les nouveautés et changements pour les futures pensions des dentistes ?

La Réforme des Retraites prévoit une dégradation des conditions de départ à la retraite en termes d'âge de départ (report de deux ans évoqué) et de décote pour les carrières incomplètes, qui est commune à tous les régimes.

Concernant les dentistes, la CARCDF a accumulé plus de 6 années de réserves, qui ne sont normalement pas menacées de transfert sur le régime universel mais pourraient servir à garantir les droits acquis au-delà de 3 PASS supprimés dans la réforme ou à faciliter la transition.

Dans la réforme des Retraites, les taux de cotisations seraient en partie alignés sur les salariés, avec 28% jusqu’à 1 PASS puis 13% entre 1 et 3 PASS (au lieu d’environ 17% aujourd’hui) avec des abattements en forme d’usine à gaz ouverts à négociation.

Les études d’impact réalisées par le gouvernement font apparaître une amélioration pour les chirurgiens-dentistes aux revenus les plus faibles, mais ne chiffrent pas l’impact sur les revenus plus élevés.

A ce stade, la réforme des Retraites pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses pour les Chirurgiens-Dentistes.

Des questions sur la réforme de la retraite et ses différents régimes ? Visitez notre page dédiée : Tout savoir sur ma retraite

Pourquoi les dentistes doivent souscrire à un plan d'épargne retraite (PER) par capitalisation ?

Le faible niveau (moins de la moitié) des retraites obligatoires des dentistes libéraux par rapport aux revenus d'activité dans le système actuel, qui est de plus menacé par la Réforme des Retraites, rend nécessaire d'épargner en plus pour compléter les retraites par répartition. Les Plans d'Epargne Retraite individuels (PERIN), successeurs des contrats Madelin, offrent une solution fiscalement avantageuse et efficiente pour assurer ce complément nécessaire de retraite.

Pour en savoir plus sur les PER, visitez notre page : "PER, l'essentiel de ce qu'il faut savoir".

Les clés du choix de transférer son contrat Madelin en PER

À la suite de la loi PACTE, les contrats Madelin ont été remplacés par les nouveaux Plans d’Epargne Retraite (PER), mais peuvent continuer à être alimentés. Dès lors, la question de leur transfert en PER se pose pour les détenteurs.

Les nouveaux PER présentent de nombreux avantages clés par rapport aux anciens Madelin justifiant un transfert

Transférer son Madelin en PER permet de reprendre le contrôle de ses versements (plus d'obligation de versement), de ses investissements (offre plus étendue) et de sa sortie (en capital si on le souhaite), en diminuant souvent les frais sur versement et de gestion dans un véhicule universel.

Mais certains contrats Madelin ont des clauses spécifiques attractives : taux techniques élevés ou tables de mortalité garanties

Les clauses proposées par les assureurs ayant évolué au cours du temps, certains contrats anciens peuvent bénéficier de clauses avantageuses par rapport aux nouveaux contrats par exemple en termes de taux technique (taux minimal de revalorisation des pensions) ou de table de mortalité (une ancienne table de mortalité conduira à une rete plus élevée pour le même capital accumulé).

Chaque cas est spécifique du fait des caractéristiques du contrat Madelin et des objectifs du souscripteur

Entre le cas d’un dentiste proche de la retraite qui a un Madelin avec des frais raisonnables, un taux technique et une table de mortalité avantageuse garantis qui ne trouvera pas de raison de transférer, et un jeune dentiste dont le Madelin ne garantit ni table de mortalité ni taux technique qui a toutes les raisons de transférer, l’éventail des possibles est large, sachant qu’en fonction des clauses spécifiques du Madelin, des frais comparés du Madelin et du PER et des objectifs du souscripteur, la stratégie optimale peut aussi amener à ouvrir un PER en complément du Madelin.

Le service My PENSION d’audit gratuit de votre épargne retraite est ainsi particulièrement adapté aux détenteurs de contrats Madelin.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre Lettre d'Avril 2021 : Transférer son contrat Madelin sur un PER ?

L'offre My PENSION xPER pour les dentistes

À My PENSION a conçu pour ses clients My PENSION XPER un Plan d’Epargne Retraite innovant assuré par GENERALI particulièrement adapté pour les dentistes.

My PENSION a par ailleurs développé une expertise spécifique sur le métier de chirurgien-dentiste, qui permet de leur offrir un service de conseil spécifique à leur profession.

My PENSION xPER, un PER innovant sans conflit d'intérêts aux frais transparents et compétitifs

My PENSION xPER est bâti sur un mode de rémunération original et compétitif qui élimine les conflits d'intérêts qui naissent de la différence de rétrocommission selon les supports d'investissement, pouvant inciter le courtier à privilégier des supports plus rentables pour lui.

Contrairement à de nombreux contrats Madelin proposés aux dentistes, My PENSION ne perçoit aucun frais sur versement et les arbitrages électroniques sont gratuits.

Comme tous les PER de dernière génération, il remplace à la fois les contrats Madelin et les PERP et peut recevoir des versements aussi bien de salariés que de travailleurs non salariés.

Pour en savoir plus sur notre PER dédié et les modalités d'ouverture et de transfert, retrouvez notre page sur l'offre My PENSION xPER.

Le conseil spécifique de My PENSION xPER pour les dentistes

Les conseillers de My PENSION peuvent vous aider à calculer vos plafonds et vos avantages fiscaux.

Ils peuvent également simuler le capital acquis au moment de la retraite selon vos hypothèses de versement, et évaluer la fiscalité en cas de sortie en capital ou calculer la rente en cas de sortie en rente.

Enfin, pour leurs clients dentistes, ils ont acquis l'expérience des bilans de situation retraite pour les dentistes et des comparaisons entre My PENSION xPER et les contrats Madelin habituellement souscrits par les dentistes.

Estimez votre avantage fiscal avec notre simulateur PER adapté aux dentistes et préparer ainsi au mieux votre retraite.

Fermer
Accéder à votre espace GENERALI
Contacter My PENSION