Placement PER vs Assurance Vie : Lequel choisir pour préparer sa retraite ?

L’assurance vie est un des placements préférés des Français et sa souplesse permet de l’utiliser comme véhicule d’épargne dans beaucoup de cas, y compris lorsqu’il s’agit de préparer sa retraite.

La loi PACTE de 2019 a révolutionné l’épargne retraite en créant de nouveaux PER. L’attrait de ces Plans d’Epargne Retraite Individuels (PERIN) se traduit par une très forte dynamique de collecte.

Les deux placements se retrouvent donc en compétition pour attirer l’épargne des français en vue de leur retraite.

Quels sont les points communs entre PERIN assurantiels et contrats d’Assurance Vie ?

La quasi-totalité des PER individuels sont en réalité structurés comme des contrats d’assurance vie à adhésion individuelle et facultative avec des clauses particulières pour respecter la législation sur l’épargne retraite. On parle alors de PER assurantiels.

A titre d’exception, quelques PER individuels sont structurés à l’initiative de banques comme des comptes titres. On les nomme PER bancaires.

Cet avantage fiscal au versement a deux contreparties :

Notre analyse se concentre sur la comparaison entre PER assurantiels et contrats d’Assurance Vie, qui partagent donc un mode de fonctionnement commun.

L’objectif de l’assurance vie comme du PER est la constitution d’une épargne via des versements libres ou programmés, ou des transferts et leur investissement en fonds en euros et/ou différents supports en unités de compte.

La mécanique des versements, libres ou programmés, est identique. Le montant de versement initial minimal dépend des contrats, mais pas de la distinction PER vs Assurance Vie.

De la même manière, PER Assurantiels et Assurance Vie peuvent, en fonction des spécificités de chaque contrat, investir sur un fonds en euros de la compagnie, ou des unités de compte (OPC, OPC indiciels / ETFs voire actions). Les fonds en euros bénéficient d’une garantie de capital, alors que les unités de comptes sont soumises aux risques des marchés financiers sur lesquels elles investissent. Il faut noter que de nombreuses compagnies restreignent désormais l’allocation à leurs fonds euros, pour leurs contrats d’assurance vie comme pour leurs PER.

L’épargnant peut choisir dans les deux cas soit de confier la gestion de ses investissements à l’Assureur qui s’appuie sur des prestataires de services d’investissement ou des sociétés de gestion pour répartir le capital sur des unités de compte (gestion pilotée) soit de répartir librement ses versements entre le fonds en euros et différents supports en unités de compte (gestion libre).

Dans les deux cas, le souscripteur désigne dans une clause bénéficiaire une ou plusieurs personnes qui bénéficieront du capital accumulé en cas de décès du souscripteur.

Quels frais PERIN vs Assurance Vie ?

S’agissant de contrats très similaires dans leur fonctionnement, PER et Assurance Vie ont également des structures de frais similaires, qui varient cependant fortement d’un contrat à un autre sans que la distinction PER vs Assurance Vie ne joue de rôle central.

Dans les deux cas, la structure intègre plusieurs catégories de frais, qui viennent s’additionner, et en particulier :

  • Eventuels Frais sur versement
  • Frais de Gestion des contrats avec une distinction entre allocation en fonds en euros ou en unités de compte
  • Frais de Gestion Pilotée si l’option est choisie
  • Frais de Gestion des OPC et ETF
  • Eventuels frais d’arbitrage entre supports ou de changement de mode de gestion
  • Frais sur les versements de rente...

Devant l’accumulation des frais et le manque de transparence, les pouvoirs publics ont demandé aux assureurs en mars 2022 de mettre en place un tableau normé des frais, tant pour l’assurance vie que pour les PER, pour permettre une meilleure transparence des frais pour l’épargnant.

Créés plus récemment, les PER bénéficient d’une amélioration par rapport aux contrats d’assurance vie : les frais en cas de transfert d’un contrat à un autre sont plafonnés à 1% pendant les 5 premières années, et sont obligatoirement nuls après 5 ans.

Quelles différences entre PER et Assurance Vie ?

Les deux principales différences entre PER et Assurance Vie sont liées à la disponibilité de l’épargne et à la fiscalité, que nous traitons dans le paragraphe suivant.

Les capitaux placés sur un contrat d’assurance vie sont toujours disponibles. Il est cependant nécessaire de les conserver plus de 8 ans pour bénéficier des conditions fiscales les plus avantageuses.

En revanche, le capital accumulé sur un PER est bloqué au moins jusqu’à la retraite, hormis quelques cas de sortie anticipée, dont des aléas de la vie et le financement de l’acquisition d’une résidence principale.

Parmi les autres différences, on peut citer :

  • Les souscripteurs de PER ont la possibilité (c’est même l’option par défaut) d’opter pour une gestion pilotée à horizon qui se distingue de la gestion pilotée de l’assurance vie par une réduction automatique du risque au fur et à mesure que l’épargnant se rapproche de la retraite.
  • Le législateur a prévu une libre portabilité (transfert) des contrats PER d’un assureur à un autre avec des frais réduits, qui n’est pas en place pas pour l’assurance vie

Quelle fiscalité pour un PER vs Assurance Vie ?

Le principe fondateur de l’épargne retraite supplémentaire applicable est d’octroyer un avantage fiscal pour les versements sur un PER en échange du blocage de l’épargne jusqu’à la retraite.

Le principe de l’avantage fiscal du PER est le suivant : dans la limite d’un plafond, les sommes investies sur un PER individuel sont déductibles du revenu imposable annuel (traitement, salaire ou bénéfice). L’économie d’impôts est ainsi d’autant plus élevée que le souscripteur est soumis à taux marginal d’imposition fort.

Cet avantage fiscal au versement a deux contreparties :

  • le blocage de l’épargne jusqu’à la retraite sauf cas exceptionnels
  • la fiscalisation à la sortie (réintégration des versements dans le revenu et imposition des plus-values pour les sorties en capital ou Régime des Rentes Viagères à Titre Gratuit pour les sorties en rente)

Pour plus de détails, vous pouvez lire notre dossier Quelle est la fiscalité (avantageuse) du PER ?

Par comparaison, les versements en assurance vie ne bénéficient d’aucun avantage fiscal, mais les retraits réalisés après 8 ans bénéficient d’une fiscalité adoucie. En effet, pour les versements réalisés à partir de 2017, l’épargnant bénéficie d’un abattement annuel de 4 600 € sur les plus-values réalisées (9 200 € pour un couple). Au-delà de cet abattement et pour la part de versements inférieure à 150 000 €, l’imposition totale (Impôt sur le revenu + Prélèvements Sociaux) est de 24.7% au lieu de 30%.

Schématiquement, on pourrait résumer en disant que le PER procure un avantage fiscal à l’entrée tandis que l’Assurance Vie offre un avantage fiscal à la sortie.

L’Assurance Vie bénéficie par ailleurs d’un régime successoral particulier. Les primes versées par le défunt avant l’âge de 70 ans dans la limite de 152 500 EUR par bénéficiaire sont exonérées d’imposition et ne sont pas intégrées à la succession. La règle est différente pour le PER. En cas de décès du titulaire d’un PER assurantiel avant 70 ans, le capital est exonéré d’imposition dans la limite de 152 500 EUR par bénéficiaire.

Un exemple de PER vs Placement Assurance Vie

Mme M. est célibataire, cadre supérieure de 45 ans, avec un salaire de 100 000 € par an et donc un taux marginal d’imposition de 41%. Elle envisage de verser 8 000 € par an pendant 20 ans (jusqu’à sa retraite à 65 ans) sur un PER individuel.

Elle aura donc versé en 20 ans la somme de 160 000 €. Mais chaque année, elle aura économisé 8 000 € * 41% = 3 280 € soit au total 65 600 €. Son effort réel d’épargne aura été de 94 400 € sur 20 ans. Si on considère que son placement PER rapporte 4% net par an après tous frais, son capital atteindra la valeur brute de 238 224 € en 2042. Si elle sort sous forme de capital fractionné sur 10 ans, elle recevra donc 23 822 € bruts par an. Après toute fiscalité (réintégration des versements et imposition des plus-values), elle bénéficiera de 16 676 € par an pendant 10 ans. Elle recevra donc au total net de frais et de fiscalité 166 760 €.

Si Mme M. choisit en revanche l’assurance vie, pour le même effort d’épargne, elle ne pourra placer que 4 720 € par an (elle ne bénéficie pas de l’économie d’impôts de 3 280 € par an). En 2042, elle aura accumulé 140 553 € sur son assurance vie. En choisissant de fractionner sa sortie sur 10 ans, elle bénéficiera chaque année de l’abattement de 4 600 € qui lui permettra de ne pas payer de fiscalité. Elle recevra ainsi pendant 10 ans un montant net de frais et fiscalité de 14 055 €. Elle recevra donc au total net de frais et de fiscalité 140 550 €.

Au total, le gain pour Mme M. de choisir le PER contre l’assurance vie est de 26 210 €. Pour obtenir ce gain, elle a cependant dû accepter le blocage de son épargne jusqu’à sa retraite.

La rentabilité du PER nette de fiscalité est supérieure à celle de l’Assurance Vie pour Mme M. du fait principalement de son niveau élevé de fiscalité.

Conclusion PER vs Assurance Vie pour la retraite : Avantage au PER surtout pour les hauts revenus

Tableau récapitulatif Assurance Vie vs PER

Assurance Vie PER
Vocation première Polyvalent Epargne Retraite
Ouverture aux Mineurs Oui Oui
Blocage de L'Epargne Non, mais 8 ans pour bénéficier des avantages Oui, déblocage à la retraite ou acquisition de la résidence principale
Garantie de Capital Non, seulement la part investie en fonds euros est garantie Non, seulement la part investie en fonds euros est garantie
Rémunération Rémunération fonds euros ou plus- values sur les unités de compte Rémunération fonds euros ou plus- values sur les unités de compte
Avantage Fiscal Versements Non Versements déductibles sous plafonds mais réintégrés à la sortie
Avantage Fiscal Sortie Imposition des Plus-Values réduite après 8 ans Non
Avantage Fiscal Successoral Sur les versements avant 70 ans En cas de décès de l'adhérent avant 70 ans

PER vs Assurance Vie : Quels critères de choix pour sa retraite ?

Chaque cas est différent et mérite de faire une simulation précise.

Le choix entre PER et assurance vie dépend principalement des objectifs de l’épargnant et surtout de sa fiscalité.

Plus l’épargnant a un revenu élevé et donc un taux marginal d’imposition élevé, et plus le rendement des investissements est élevé, plus il est intéressant de se tourner vers le PER.

L’épargnant doit aussi s’assurer qu’il a suffisamment d’épargne disponible (dont pourquoi pas une partie en Assurance Vie) lorsqu’il fait le choix de l’épargne retraite bloquée sauf aléas de la vie et acquisition d’une résidence principale.

Une incitation fiscale supplémentaire et temporaire pour transférer de l’Assurance Vie en PER

La loi PACTE de 2019 a introduit une incitation fiscale temporaire pour transférer des sommes d’un contrat d’assurance-vie vers un PER, lorsque le contrat a plus de 8 ans et que le titulaire est à plus de 5 ans de l’âge légal de départ à la retraite (soit âgé de moins de 57 ans). L’abattement sur les gains lors du retrait de l’assurance-vie est doublé en cas de réinvestissement sur un PER et atteint donc 9 200 € pour un célibataire et 18 400 € pour un couple. Les sommes versées sur le PER sont considérées comme un versement libre classique et donc déductibles des revenus imposables dans la limite des plafonds autorisés. Les épargnants qui le peuvent ont ainsi une incitation forte à mobiliser leur épargne disponible en faveur de leur retraite.

Ce transfert vers une épargne longue est bénéfique pour l’économie réelle dans la mesure où la durée attendue de placement plus longue milite pour une plus grande part d’investissement en actions de sociétés.

L’incitation fiscale prendra fin le 31/12/2022.

N’hésitez pas à contacter les experts My PENSION pour évaluer la pertinence d’un tel transfert dans votre cas personnel.

Fermer
Accéder à votre espace GENERALI
Contacter My PENSION