PER vs PEL : analyse comparée

Pour développer l’épargne-retraite, les pouvoirs publics ont doté les dispositifs d’avantages fiscaux. Les nouveaux PER (Plans d’Epargne Retraite) offrent ainsi des avantages fiscaux qui dépendent du mode de versement (versement libre individuel, versement d’intéressement ou de participation, versement obligatoire de l’entreprise de type “article 83”)

Estimez votre avantage fiscal avec notre simulateur PER en ligne.

Le Plan d’Epargne Logement est dédié à l’immobilier mais a perdu de son attractivité

Le PEL (plan épargne logement) est un compte épargne réglementé spécifiquement dédié à l’achat d’un bien immobilier ou au financement de travaux. L’épargne accumulée est rémunérée et permet d’obtenir à la fin un prêt à des conditions privilégiées.

Un PEL s’ouvre auprès d’un établissement bancaire. Il n’y a pas de limite d’âge, ce qui permet même à des enfants mineurs d’en ouvrir. En revanche, un épargnant ne peut posséder qu’un seul PEL.

Cet avantage fiscal au versement a deux contreparties :

Le versement initial minimal est de 225 € et il faut verser au moins 540 € par an, par le biais de versements programmés ou libres. Le montant des versements est plafonné à 61 200 €.

Il est soumis à une durée minimale de 4 ans et maximale de 15 ans. En cas de retrait avant 4 ans, le montant du prêt épargne logement est diminué et les intérêts peuvent être réduits. On ne plus faire de versements après 10 ans, mais le PEL continue de produire des intérêts pendant 5 ans supplémentaires.

Le taux d’intérêt servi par le PEL est de 1% depuis le 1er août 2016.

Les intérêts perçus d’un PEL ouvert depuis 2018 sont soumis de plein droit à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux. L’établissement bancaire effectue ainsi un prélèvement de 30% sur le versement des intérêts (12,8% pour l’impôt sur le revenu et 17,2% pour les prélèvements sociaux). Les contribuables peuvent alternativement opter pour le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

L’épargne accumulée permet d’obtenir au bout de 4 ans un prêt à un taux fixé à l’avance (2.20%) pour financer l’acquisition ou des travaux de réparation ou d’amélioration de la résidence principale. Le montant du prêt dépend de la somme des intérêts obtenus sur le PEL, avec un maximum de prêt de 92 000 €, sachant qu’un membre de la famille peut céder ses droits à prêt. Les anciens PEL, ouverts avant 2018, ouvraient également droit au versement d’un prime d’Etat sous conditions.

Créé en décembre 1969, le PEL est donc plus que cinquantenaire. Il a activement servi à plusieurs générations à acquérir leur résidence principale. De nombreux parents ont aidé l’acquisition de leurs enfants en leur ouvrant des PEL et en leur cédant des droits à prêt. Le dispositif a cependant perdu beaucoup de son attrait avec la disparition de la Prime d’Etat en 2018 et la baisse historique des taux d’emprunt qui sont passés largement en-dessous du taux offert de 2.20% du PEL.

Le Plan Epargne Retraite n’a pas une vocation immobilière mais peut servir pour financer l’acquisition de sa résidence principale

Les atouts des nouveaux PER

Parmi les apports de la loi Pacte créant les nouveaux PER, figure en bonne place la nouvelle possibilité de sortie anticipée pour le financement de l’acquisition de la résidence principale, qui concerne aussi bien les PER individuels (PERIN) que les PER Collectifs universels (PERCOL). Les versements obligatoires des entreprises au titre de l’article 83 du CGI sont en revanche exclus de ce dispositif.

Avec cette nouvelle possibilité de sortie anticipée, le PER peut ainsi devenir un véhicule d’épargne pour l’acquisition d’une résidence principale (pas forcément la première).

L’épargnant sur un PER bénéficie d’un avantage fiscal au versement sous forme d’une déduction de son revenu catégoriel ou global dans la limite de plafonds. En revanche, dans le cadre d’une sortie anticipée pour acquisition de la résidence principale, l’épargnant verra la part correspondant à ses versements réintégrée à son revenu et la part correspondant aux plus-values imposée comme telle.

Alors que le PEL propose un capital garanti et des intérêts figés, la gestion d’un PER s’apparente soit à celle d’un contrat d’assurance vie (PER assurantiel avec fonds en euros garanti ou unités de comptes non garanties, gestion libre ou pilotée) soit à celle d’un compte titres (PER bancaire).

Par ailleurs, les PER assurantiels disposent d’une fiscalité avantageuse (similaire à l’assurance-vie) en cas de décès du titulaire avant 70 ans.

Le PER peut être utilisé comme un PEL pour les enfants ou petits-enfants

Comme les PEL, les PER peuvent être ouverts pour des enfants mineurs. Ils peuvent être alimentés dans un premier temps par les parents voire les grands parents, avec à la clé un avantage fiscal pour les parents, comme l’explique notre dossier “Offrir un PER à un enfant ou petit-enfant mineur ?”

De fait, le PER est un bon véhicule pour constituer une épargne pour un enfant ou un petit-enfant, avec la possibilité de ce dernier de l’utiliser pour l’acquisition de sa résidence principale. En ce sens, il peut se comparer à un PEL souscrit pour un enfant et alimenté par les parents ou grands-parents.

Modalités de sortie d’un PER pour acquisition de la résidence principale

Concrètement, pour activer la sortie pour acquisition de la résidence principale, l’Adhérent devra établir une attestation sur l’honneur indiquant que le capital est destiné à financer l’acquisition de sa résidence principale dans la limite du coût global de cette acquisition (moins le montant des prêts obtenus et de l’apport personnel) et qu’il s’engage à restituer les fonds en cas de non réalisation de l’opération d’acquisition établie sur papier libre, datée et signée ainsi que le compromis (ou promesse) de vente assortie d’un plan de financement le cas échéant et tout autre document nécessaire à la constitution de son dossier.

PER vs PEL : le tableau récapitulatif

En conclusion, même si le PER est avant tout un dispositif dédié à l’épargne retraite, la loi PACTE permet de l’utiliser à titre secondaire pour financer l’acquisition de la résidence principale, ce qui est clairement un atout pour les jeunes générations.

PEL PERIN
Vocation première Immobilier Epargne Retraite
Ouverture aux Mineurs Oui Oui
Versement initial 225 € Dépend du PER
Minimum Annuel 540 € Non
Plafond Versements 61 200 € Non
Blocage de L'Epargne Non, mais 4 ans pour bénéficier des avantages Oui, déblocage à la retraite ou acquisition de la résidence principale
Garantie de Capital Oui Non, seulement la part investie en fonds euros est garantie
Rémunération Intérêt de 1% Rémunération fonds euros ou plus- values sur les unités de compte
Fiscalité Gains Flat tax de 30% sur intérêts Flat tax 30% sur plus-values
Avantage Fiscal Versements Non Versements déductibles sous plafonds mais réintégrés à la sortie
Prêt bonifié Oui, max 92 000€ au taux de 2.20% Non
Fermer
Accéder à votre espace GENERALI
Contacter My PENSION